Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Culture Sans Censure
  • Culture Sans Censure
  • : Devant la quantité de pièces de théâtre proposées et expositions parisiennes, ce site vous permettra de faire votre propre choix.
  • Contact

Recherche

Liens

13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 14:44

 

Le Lucernaire

présente

Maupassant(es)

 

1382368356_maupassantes_300.jpg

 

Jusqu'au 12 Janvier 2014

 

Adaptation Philippe Honoré
Mise en scène : Philippe Person
Avec : Anne Priol, Emmanuel Barrouyer, Pascal Thoreau

 


 

 

« Je n’ai jamais aimé, mais je suis l’ami des femmes, leur plus grand ami. » Maupassant

 

          Une pièce de théâtre autour de Maupassant et d'un thème central à son écriture: les femmes.

Le décor est sobre, deux paravents aux toiles de Felicien Rops, peintre du 19 ème siècle (La dame au cochon ou Pornocratès d'un côté et Les dessous de cartes d'une partie de Whist de l'autre), sur lesquels se refléteront des extraits vidéos de la vie de l'écrivain.rops.jpg

 

Trois comédiens excellents mettent en situation quelques nouvelles dans lesquelles la femme y est tantôt séductrice, calculatrice, tantôt stupide ou cruelle. Ce cochon de Morin (Novembre 1882) raconte l'histoire d'un homme se rendant à Paris en wagon, tombant sous le charme d'une passagère qu'il essayera d'embrasser. Drame, la femme porte plainte. Labarde, un ami député de Morin viendra plaider sa cause, ou plutôt la sienne, puisqu'il deviendra l'amant de la victime. La plainte est retirée, mais Morin doit supporter les railleries de toute la ville, il se suicidera.


Des nouvelles plus légères sont aussi présentées au public, comme La Toux (janvier 1883) ou La moustache ( juillet 1883) que la troupe s'amuse à jouer façon défilé de mode. « Et que d'aspects variés elles ont, ces moustaches ! Tantôt elles sont retournées, frisées, coquettes. Celles-là semblent aimer les femmes avant tout ! Tantôt elles sont pointues, aiguës comme des aiguilles, menaçantes. Celles-là préfèrent le vin, les chevaux et les batailles.Tantôt elles sont énormes, tombantes, effroyables. »

 

Autre point fort du spectacle, l'éclairage. Lors de nouvelles plus sombres ou plus osées, une partie seulement du paravent est éclairé, mettant en avant les yeux de cette femme (Félicien Rops Les dessous de cartes d'une partie de Whist) ruban sur la bouche, belle robe mais regard lointain, perdu. L'intensité des mots prononcés n'est que plus fort.

La mise en scène joue aussi beaucoup avec le sonore pour nous plonger plus encore au coeur de ces histoires.

 

Une pièce de théâtre agréable sur un écrivain que l'on est toujours heureux d'entendre.

M.D

 

 

Infos pratiques :


Le Lucernaire

53 Rue Notre-Dame des Champs,

75006 Paris

 

Du mardi au samedi à 20h
Les dimanches à 15h
Du 6 novembre 2013 au 12 janvier 2014
Relâches les 15/11, 21/11, 29/11, 4/12, 3/01, 7/01, 10/01

Partager cet article

Repost 0
Published by Culture Sans Censure - dans Lever de rideau - Contemporains
commenter cet article

commentaires