Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Culture Sans Censure
  • Culture Sans Censure
  • : Devant la quantité de pièces de théâtre proposées et expositions parisiennes, ce site vous permettra de faire votre propre choix.
  • Contact

Recherche

Liens

/ / /

Fondation Henri Cartier-Bresson

Saul Steinberg

Illuminations

 

Du 6 mai au 27 juillet 2008



Interview de Pauline Vermare,
chargée de la communication

 

 

 

 


 Après l'Amérique, la France

 

Saul Steinberg est un voyageur et un engagé.

Il part en Italie, en 1933, âgé de 19 ans, pour obtenir son diplôme d’architecture, puis aux Etats-Unis quand les lois antisémites deviennent trop présentes. Sa publication de caricatures dans le journal antifasciste Bertoldo, n’était pas très bien vu du gouvernement.

Entre temps, escale d’un an à Saint Domingue dans l’attente de son passeport américain.
 
Dès son arrivée, en 1942, il commence sa collaboration avec le new Yorker. Elle sera longue : 60 années, 1200 créations.

Dessins, collages, assemblages se créent sur des thèmes engagés,  à l’humour incisif.

Quand il donne des interviews, il se glisse sous un  de ses masques  réalisés en papier kraft. Depuis 1959, il ne cesse d’en fabriquer, considérant que la nature humaine  n’est qu’une caricature d’elle-même..

Mais pourquoi cette exposition s’appelle- t-elle « Illuminations » ? En hommage à Rimbaud, auteur adulé par l’artiste. On pourrait les comparer. Tous les deux exilés, très critiques, caricaturistes.



En 1947, rencontre avec Cartier-Bresson. Leur relation fondée sur une admiration sincère, restera toujours intacte. Alors quand Steinberg meurt, l’ami veut lui rendre hommage. C’est chose faite puisque la fondation présente une centaine d’œuvres réalisées entre les années 1930 à 1990. 


On pourra voir sa bibliothèque autobiographique toute faite de bois : des objets personnels sont disposés en vrac autour de livres offerts ou achetés : Jack London est en Italien, Jules Vernes en Roumain..


Le dramaturge Ionesco disait de lui : « Je crois qu'aucun autre artiste n'a su comme lui ou n'a réussi comme lui à faire de la caricature un langage et une critique métaphysiques ».
L’exposition, très complète, n’est qu’au début de ses étapes européennes. Elle ira ensuite à  Zürick, Londres et Hambourg.

 Steinberg fait partie des artistes les plus aimés des Etats-Unis et figure parmi les 14 Américains à être exposés au musée d’art moderne de New York.Alors il était normal que la France lui consacre , enfin , cette rétrospective.






 
Infos pratiques :

2 impasse Lebouis
75014 Paris
01 56 80 27 00

 

 

 



Partager cette page

Repost 0
Published by